Le management relationnel : qu’avons-nous à y gagner ?

Avis d’expert par Maurice Imbert, DGA d’Inergie et Président du club Procom,
il est intervenu lors de la conférence « Vers la fin du management de reporting » le 25 Janvier dernier. Intervenant EFE, il anime la formation « Management relationnel »

Faire le pari de l’intelligence relationnelle : qu’avons-nous à y gagner ?
Depuis le changement de direction, il y a 2 ans, au sein de l’entreprise de conseil et d’ingénierie en système d’information Novafair, il règne un climat plutôt « bienveillant », « positif », voire « serein » pour reprendre quelques unes des expressions des salariés illustrant les résultats de la dernière étude de climat interne. Novafair est aujourd’hui une entreprise en croissance où il fait bon travailler.

Où est ce temps où vous preniez le temps de perdre du temps ?

Catherine Berliet, consultante et co-auteure de « Les outils du développement personnel pour Manager », (Eyrolles-EFE)
Intervenante EFE, formation « Mieux gérer son temps pour gagner en efficacité »

Avec l’ère du numérique, l’instantanéité et le buzz du TTU (très, très urgent), votre quotidien s’inscrit dans une fulgurance édifiante. Envolé le temps des diligences, des missives et des bottes de sept lieux, aujourd’hui c’est à la vitesse de la lumière qu’il vous faut traiter transactions et informations, en temps réel, et en quelques clics. Rien d’étonnant à ce que vous vous sentiez pressurisé, malmené, secoué, écartelé, et que vous vous demandiez : « Où est ce temps où vous preniez le temps de perdre du temps ? ».

Bertrand Collomb : Pour une entreprise humaniste

collombPrésident d’Honneur du Groupe Lafarge, il a présidé l’ouverture de la conférence « Vers la fin du management de reporting » qui s’est tenue les 24 et 25 janvier 2012

 

La Rédaction Analyses Experts : Vous plaidez pour une « Entreprise humaniste ». Quelle définition donnez-vous d’une telle entreprise ?

Bertrand Collomb : Une entreprise  » humaniste « , c’est pour moi une entreprise qui reconnaît l’importance de l’homme dans le succès de sa mission économique, et qui traite les hommes et les femmes de l’entreprise avec respect et attention, comme des acteurs, et non des objets ou des variables d’ajustement.