oser dire non

Oser dire non : comment formuler un refus en restant constructif ?

Dans nos sociétés où tout va toujours plus vite, où tout est toujours plus urgent et important, nous sommes submergés par les demandes qu’elles viennent de notre patron, de nos collaborateurs ou de nos collègues. Il nous faut hiérarchiser, faire des choix et parfois dire « non ». C’est là, sur ces trois lettres « N O N » que réside toute la difficulté.

Combien de fois avez-nous pensé « NON » au moment de répondre à une demande ? Pourtant, nous nous sommes entendus dire « OUI » ?
Un petit OUI sans conviction, de mauvaise grâce, pas congruent, lâché à contre cœur mais, nous nous retrouvons, quand même, bel et bien engagés dans une situation compliquée, quasi ingérable.

Infobésité : comment y faire face ?

La surcharge d’information est parfois évidente : c’est qu’il est déjà trop tard. Les milliers de mails*, les fichiers, les tâches et les projets, les idées se bousculent, un mur d’information se dresse devant vous. Il faut une action radicale. Il faut respirer, c’est le premier pas : une première stratégie immédiate consiste à faire place nette :
– Dégager l’espace de travail en regroupant les mails, les fichiers, les papiers qui seront à trier ensuite :
– Privilégier les urgences
Mais cette étape nécessaire n’est évidemment pas suffisante.

Communication en mode projet : un vrai challenge

La communication sur vos projets est déterminante pour le succès de vos programmes d’actions. L’élaboration de votre stratégie, les buts recherchés, les méthodes et les moyens mis en oeuvre, doivent être compris par l’ensemble de vos collaborateurs afin de recueillir leur adhésion et leur mobilisation. C’est indispensable pour atteindre vos objectifs. Cette démarche d’ouverture, peut aussi vous permettre de faire remonter des idées et de vous appuyer sur l’expérience de vos équipes. L’organisation de sa communication en mode projet permet aussi et surtout de suivre les étapes de votre plan d’action, le travail de vos équipes et agences externes, de valider ou de corriger les choix adoptés, de mesurer l’impact de vos actions, de gérer au plus prêt votre planning et vos budgets.

Cahier des charges projet : comment et pourquoi le rédiger ?

Un « cahier des charges » est un document contractuel décrivant ce qui est attendu du maître d’oeuvre par le maître d’ouvrage. Il s’agit donc d’un document décrivant de la façon la plus précise possible, avec un vocabulaire simple, les besoins auxquels le maître d’oeuvre doit répondre. Sa rédaction s’apparente, pour nombre de chefs de projet, à une étape agréablement sautée, à un oubli volontaire ou, plus souvent encore, à une obligation douloureuse. Pourtant, rédiger un cahier des charges est une étape cruciale du cycle de vie d’un projet et peut se révéler particulièrement utile dans le cas d’un pilotage de projet par les risques.

La communication transversale : moteur du changement ?

Une bonne connaissance des préférences cérébrales, des champs sémantiques et de l’intelligence émotionnelle ouvre la communication entre deux personnes. Cependant, si nous parlons de management transversal, nous confions la résolution du projet à l’intelligence collective.

Comment pouvons-nous motiver nos équipes qui appartiennent à des entités hiérarchiques distinctes ?
La communication du manager transversal est le moteur du changement. Dans notre monde où la technologie nous offre des moyens de communication pléthoriques, travailler ses canaux de communication est efficient.

[SONDAGE] Que permet, selon vous, la communication transversale au sein d’une équipe hors hiérarchie ?

L’entreprise est de plus en plus sujette à développer une communication transversale dans le but de renouer avec l’agilité et l’intelligence collective. Le fait de mettre en place une communication transversale prend tout son sens dans une situation complexe. Les managers étant souvent appelés à utiliser les ressorts de la communication transversale pour influencer et…