Managers, ralentissez ! grâce au Slow management

Avis d’expert par Serge Elbaz, Consultant formateur, coach
Après 22 années d’expérience au sein des multinationales Danone et Nestlé dans les domaines du Marketing et/ou de l’innovation, il met ses expériences métiers et managériales au service de l’accompagnement des entreprises.
Intervenant EFE, il anime les formations  » Slow management : Fluidifier ses pratiques managériales » » et « Mobiliser le potentiel créatif de son équipe »

4 clés pour faire du slow management 

Le management est souvent défini comme l’art d’optimiser et de coordonner les actions humaines  en entreprise pour une plus grande efficacité,  dans un temps limité, et dans le but de construire des relations stables et pérennes. Il s’agirait, pour beaucoup de managers, de faire « plus »  avec « moins ».

Les employés d’abord, les clients ensuite

Par Francis Boyer, Consultant en innovation managériale, Dynesens

Consultant partenaire EFE

Vineet Nayar est PDG de HCL Technologies, une société de services informatiques indienne fondée en 1976, qui compte 79.000 salariés dans 32 pays du monde. Aux commandes depuis octobre 2005, il a hissé HCLT au rang des firmes indiennes les plus en vue, selon une méthode qualifiée par le magazine « Fortune » de « style de management le plus moderne au monde ».

Un nouveau management : l’enjeu vital de demain

Par Eric Mouton et Bertrand Silvestre
Directeurs associés d’Ethique et Mobilisation
Auteurs de « Retrouvons le goût du travail en entreprise »

 

Ce serait l’histoire d’un chef d’entreprise qui fermerait un soir la porte de son bureau en se demandant de quoi le lendemain sera fait. Il aurait une sacoche remplie de dossiers pour une nuit laborieuse en perspective. Une nuit faite de calculs, de doutes, d’incertitude quant à l’avenir. Une nuit faite de craintes en pensant à ses proches avec cette question lancinante: « que vont-ils devenir si je n’y arrive pas ? ».

Le management relationnel : qu’avons-nous à y gagner ?

Avis d’expert par Maurice Imbert, DGA d’Inergie et Président du club Procom,
il est intervenu lors de la conférence « Vers la fin du management de reporting » le 25 Janvier dernier. Intervenant EFE, il anime la formation « Management relationnel »

Faire le pari de l’intelligence relationnelle : qu’avons-nous à y gagner ?
Depuis le changement de direction, il y a 2 ans, au sein de l’entreprise de conseil et d’ingénierie en système d’information Novafair, il règne un climat plutôt « bienveillant », « positif », voire « serein » pour reprendre quelques unes des expressions des salariés illustrant les résultats de la dernière étude de climat interne. Novafair est aujourd’hui une entreprise en croissance où il fait bon travailler.

Bertrand Collomb : Pour une entreprise humaniste

collombPrésident d’Honneur du Groupe Lafarge, il a présidé l’ouverture de la conférence « Vers la fin du management de reporting » qui s’est tenue les 24 et 25 janvier 2012

 

La Rédaction Analyses Experts : Vous plaidez pour une « Entreprise humaniste ». Quelle définition donnez-vous d’une telle entreprise ?

Bertrand Collomb : Une entreprise  » humaniste « , c’est pour moi une entreprise qui reconnaît l’importance de l’homme dans le succès de sa mission économique, et qui traite les hommes et les femmes de l’entreprise avec respect et attention, comme des acteurs, et non des objets ou des variables d’ajustement.

Vers la fin du management de reporting : faut-il remettre l’Homme au cœur de la stratégie d’entreprise ?

Taylor est mort, vive Taylor ?

Les dernières décennies ont vu les cost killers devenir les rois du business. Evidemment, l’avènement d’un capitalisme financier, la tertiarisation de l’économie et l’accélération des mouvements de concentration ont rendu indispensables les politiques d’optimisation des coûts et de standardisation de l’organisation du travail.

Dans cette nouvelle donne économique et face à une mise en concurrence mondialisée du travail, celui-ci a été perçu comme une variable peu fiable. D’où  la définition d’indicateurs en tous genre pour le contrôler, la mise en place de process standardisés ne laissant plus guère la place à l’autonomie, à la créativité, à l’initiative.

Les chiffres, eux, ne mentent pas. Ils viennent justifier une retaylorisation du travail.

La confiance en entreprise et le renouveau des pratiques managériales

La confiance en entreprise et le renouveau des pratiques managériales 

La Rédaction Analyses Experts : Le 24 novembre prochain, un auteur se verra attribué le « Stylo d’or  2011 » parmi une sélection de 6 ouvrages. Quatre ouvrages ont particulièrement retenu notre attention :

  • Lost in management (François Dupuy) dresse un constat assez noir de l’organisation managériale des entreprises. À travers une étude très poussée (18 enquêtes et 800 interviews), il montre comment les entreprises perdent peu à peu le « contrôle d’elles-mêmes ». En cause, une retaylorisation et une parcellisation du travail associées à une augmentation contre-productive des systèmes de contrôle et de reporting. F. Dupuy montre comment cette évolution a généré une perte de contrôle et une dilution des responsabilités au sein des organisations qui obèrent ainsi leur capacité à s’adapter à leur environnement.