Talents : les mettre au service de sa réussite professionnelle

Imaginons le cas d’une personne qui s’offre une nouvelle voiture.
Elle décide de faire le trajet Paris-Marseille, mais elle roule toujours en troisième ignorant que sa boîte de vitesse est dotée de six rapports. C’est comme si elle s’interdisait d’utiliser tout le potentiel de son véhicule pour s’adapter aux aléas du trafic, du relief et de la météo.
Par conséquent, elle arrivera à destination avec le sentiment d’avoir gaspillé son énergie et son temps. La même chose se produira dans sa vie professionnelle, si elle n’utilise pas pleinement son potentiel.

L’image professionnelle : quelle importance ?

Nous vivons dans une civilisation de l’image, et l’image que nous véhiculons de nous-même est forte d’enjeux, notamment dans le milieu professionnel.
Avec l’essor du multimédia, nous pouvons dire que le pouvoir de l’image a pris le pas sur le pouvoir des idées. Toutes les personnes qui s’exposent au public (politiciens, philosophes, chercheurs, dirigeants… ) l’ont bien compris qu’elles doivent en un temps record tout à la fois retenir l’attention du plus grand nombre et diminuer le risque d’être « zappées » pour faire passer leur message.
Aujourd’hui, convaincre passe d’abord par l’apparence et l’image que l’on donne de soi.

Comment détecter les mensonges ?

1. Analyses Experts – Est-il possible de contrôler complètement son comportement sans être trahi par ses réflexes ?

Éric Goulard – Les scientifiques ont aujourd’hui la certitude que nous réagissons tous inconsciemment aux émotions. Les micro-expressions du visage sont clairement des signes visibles d’une émotion ressentie. Ces réflexes sont ultrarapides. Leur durée peut aller de 1/2 seconde à 1/20 de seconde. Elles peuvent aussi être subtiles. Dans ce cas, elles apparaissent seulement sur une partie du visage ou alors de manière très faible.

« Innovation et croissance dépendent de la qualité des pratiques managériales », Michel Hervé, P-DG du Groupe Hervé

1. Pensez-vous que les pratiques managériales actuelles soient un frein à l’innovation et à la croissance en entreprise ?
Je pense effectivement, d’expérience, que l’innovation et la croissance de l’entreprise dépendent de la qualité des pratiques managériales.
L’innovation en particulier ne doit pas être cantonnée à quelques équipes dédiées, elle doit devenir une préoccupation de chaque instant et de chaque salarié : ce qui n’est possible que s’il s’éprouve suffisamment autonome pour prendre des initiatives dont il sera seul responsable.

Faut-il vraiment virer tous les managers ?

À 1re vue, cette question paraît inutilement provocatrice et totalement inconsidérée. Comment une entreprise pourrait-elle fonctionner sans managers, sans responsable, sans personne pour donner le cap ? Pourtant, si l’on en croit Gary Hamel et son article « Fisrt, let’s fire all the managers[1] », un tel modèle est possible. C’est en tout cas ce qu’il a décrit pour la société Morning star, entreprise nord-américaine leader sur le marché des sauces tomates.

assertivité

Assertivité et Leadership : « Ni hérisson, Ni paillasson ! »

La rédaction Analyses Experts – Qu’est-ce que l’assertivité ?
Hubert GAZET – L’ assertivité, le mot vient de l’anglais assertiveness, peut se traduire par « affirmation de soi ». Être assertif, c’est exprimer son point de vue et défendre ses intérêts sans anxiété, sans pour autant dénier ceux des autres. Il s’agit donc d’oser exprimer ce que l’on veut dire, de la manière la plus acceptable pour notre interlocuteur : ferme sur le fond et souple avec la personne.

Comment bien manager par la terreur ? Par Frédéric Fougerat

Un plaidoyer par l’absurde pour un management plus fluide et plus humain :

Extrait : « « La gloire est le deuil éclatant du bonheur ». Cette parole de la Baronne de Staël n’a pas de valeur pour le manager de la terreur. Lui, il cherche la gloire, il veut être le meilleur et briller. Et il se donne les moyens d’avoir toujours raison. Aucune initiative, aucun contradicteur ne viendra le déstabiliser. Sa force est de ne jamais avoir tort, et de ne jamais se laisser influencer par sa curiosité, son écoute ou l’expertise d’autrui.

[…]