Bertrand Collomb : Pour une entreprise humaniste

collombPrésident d’Honneur du Groupe Lafarge, il a présidé l’ouverture de la conférence « Vers la fin du management de reporting » qui s’est tenue les 24 et 25 janvier 2012

 

La Rédaction Analyses Experts : Vous plaidez pour une « Entreprise humaniste ». Quelle définition donnez-vous d’une telle entreprise ?

Bertrand Collomb : Une entreprise  » humaniste « , c’est pour moi une entreprise qui reconnaît l’importance de l’homme dans le succès de sa mission économique, et qui traite les hommes et les femmes de l’entreprise avec respect et attention, comme des acteurs, et non des objets ou des variables d’ajustement.

La Rédaction Analyses Experts : Pensez-vous que certaines pratiques managériales actuelles – process, reporting… – freinent l’innovation des entreprises ?

Bertrand Collomb : La pratique managériale actuelle a développé les processus de gestion mutualisée, qui permettent des économies importantes mais obligent à une parfaite standardisation. L’obligation croissante faite aux entreprises de respecter des politiques, d’apprécier ses risques et d’informer les marchés a aussi conduit à un développement du reporting au-delà de ce qui est nécessaire au management lui-même. Conserver le potentiel d’initiative et d’innovation du manager dans ce contexte peut être un défi, et demande des efforts particuliers pour mettre les systèmes à leur vraie place, celle d’auxiliaires de gestion.

La Rédaction Analyses Experts : Quels sont les moteurs essentiels d’une entreprise qui réussit au XXIe siècle ?

Bertrand Collomb : Les moteurs de la réussite de l’entreprise au XXIe siècle ne seront pas différents de ceux des siècles précédents : la capacité d’allier vision stratégique, management de l’innovation, leadership et efficacité économique. Mais les changements seront sans doute encore plus rapides, et le champ des contraintes plus fort.

La Rédaction Analyses Experts : Selon vous, comment les entreprises peuvent-elles concrètement remettre l’humain au centre de leur organisation et capitaliser sur les « actifs humains » ?

Bertrand Collomb : Il n’y a pas de recettes. C’est d’abord une question d’attitude et de choix : croire que c’est l’homme qui fait le succès de l’entreprise, et qu’il peut se dépasser et résoudre les problèmes les plus difficiles.

Ensuite c’est autour de la communication, du dialogue et de l’échange que se créent les conditions du succès. Un vrai leader explique, écoute, stimule et parfois sanctionne. Et ce leadership est à la base du succès de l’équipe, qui construit le succès de l’entreprise. C’est par l’exemple, et pas simplement le discours ou les systèmes, qu’un patron peut promouvoir cette culture dans l’entreprise.

La Rédaction Analyses Experts : Le 25 janvier prochain, vous présiderez l’ouverture de la conférence « Vers la fin du management de reporting », qu’est-ce qui a motivé votre choix ?

Bertrand Collomb : J’ai trouvé intéressantes les approches abordées dans cette conférence, diverses mais centrées sur l’homme. Et je suis toujours heureux de contribuer à détruire le mythe qui s’est propagé dans les dernières années, du succès obtenu par le seul génie financier, l’audace brutale et le mépris des hommes.