Où est ce temps où vous preniez le temps de perdre du temps ?

Catherine Berliet, consultante et co-auteure de « Les outils du développement personnel pour Manager », (Eyrolles-EFE)
Intervenante EFE, formation « Mieux gérer son temps pour gagner en efficacité »

Avec l’ère du numérique, l’instantanéité et le buzz du TTU (très, très urgent), votre quotidien s’inscrit dans une fulgurance édifiante. Envolé le temps des diligences, des missives et des bottes de sept lieux, aujourd’hui c’est à la vitesse de la lumière qu’il vous faut traiter transactions et informations, en temps réel, et en quelques clics. Rien d’étonnant à ce que vous vous sentiez pressurisé, malmené, secoué, écartelé, et que vous vous demandiez : « Où est ce temps où vous preniez le temps de perdre du temps ? ». Vous avez redoublé d’efforts pour mettre votre temps en boîte, le rationnaliser, le structurer et le repenser. Vous vous êtes mis sous haute surveillance, vous vous êtes rué sur pléthore d’ouvrages en organisation, vous vous êtes même inscrit aux « pressés anonymes », mais rien n’y fait. Vous voici en clone de Charlie Chaplin dans les Temps modernes, et tout se mélange dans votre esprit.

Alors je vous suggère de clarifier vos croyances en commençant par chasser 5 fausses bonnes idées de votre cerveau :

  1. Imaginer que la polychronie[i] vous sauvera : en apparence seulement, car à terme elle vous conduira dans les méandres d’une pluriactivité, d’un papillonnement et d’un foisonnement délétères et chronophages, qui engendrent une perte de sens. Vous n’avez plus qu’à résister à la tentation du « je fais plusieurs choses à la fois ». Aussi faites-vous violence et devenez un adepte de la monochronie[ii], en reprogrammant vos pilotes internes sur « Je m’oblige à ne faire qu’une chose à la fois, je suis mono tâche et séquentiel », « je me concentre sur l’action en cours et je m’interdis le « zapping » qui m’éloigne d’un système organisationnel performant ». « Je muscle mes ressources attentionnelles ».
  2. Penser que vous pouvez faire confiance à votre mémoire: je sais vous êtes jeune, bien cortiqué et peu carencé en phosphore. Et si vous preniez l’habitude de tout noter pour alléger, décharger votre mémoire et vous dégager du stress rampant de la peur de l’oubli. À vos PC, ou à vos crayons pour les papivores… Devenez l’as des listes, qui sur papier, qui sur Smartphone avec une application « To Do ». Écrivez les informations à mémoriser, les idées qui vous traversent l’esprit, les projets qui vous font rêver, car « écrire c’est réfléchir deux fois ».
  3. Croire que tout est important : si vous consacrez le même temps à chacune de vos activités, mauvaise pioche. La loi de Pareto va changer votre vie. Pourquoi ? Parce qu’en identifiant vos actions à forte valeur ajoutée pour leur consacrer plus de temps, vous vous concentrerez sur l’essentiel, c’est-à-dire sur les 20% de vos activités qui génèreront 80% de résultats. En mobilisant vos ressources selon ce ratio vous vous mettrez résolument dans l’efficience.
  4. Trouver inutile de vous fixer des buts : improviser c’est souvent se perdre en atermoiements. Les personnes qui sont dans l’excellence se donnent des ordres de missions personnelles et se fixent des objectifs SMART[iii]au quotidien. Automatiser ce travail mental vous focalisera sur l’action à entreprendre et programmera votre cerveau pour une réussite assurée tout en maintenant un niveau de motivation élevé. Rien de tel que de passer des contrats avec soi-même pour se poser des défis et passer de l’intention à l’action.
  5. Faire l’autruche et procrastiner : vous pensez que les choses finissent toujours par s’arranger, et que reporter encore et encore certaines activités est sans danger. Attention, la loi de Murphy est en embuscade prête à vous emmener vers un scénario catastrophe, à vous compliquer l’existence. Tordez le cou à vos excuses fallacieuses, fixez-vous des temps impartis et promettez-vous de belles récompenses pour vous donner du cœur à l’ouvrage.

Sans conteste la meilleure façon de s’en sortir réside dans le « kaizen » (改善, kaizen fusion des mots japonais kai/zen signifiant «changement» et «bon») : s’inscrire dans l’amélioration personnelle et professionnelle continue à petits pas…

Catherine Berliet, consultante et co-auteure de « Les outils du développement personnel pour Manager », (Eyrolles-EFE)
Intervenante EFE, formation « Mieux gérer son temps pour gagner en efficacité »


[i] Polychrone : capacité à traiter plusieurs éléments en parallèle
[ii] Monochrone : Une chose à la fois
[iii] SMART : Spécifique, Mesurable, Ambitieux, Réaliste et dans un Temps donné