Peut-on apprendre à gérer ou à maitriser son stress ?

Ariane Oclin est consultante-formatrice depuis 10 ans, spécialiste de la gestion du stress et des relations interpersonnelles. Diplômée de Sciences-Po Paris, son parcours de sportive lui a permis de se former aux différentes approches, cognitives et corporelles, de la gestion du stress.
Intervenante EFE, elle anime la formation « Maîtriser son stress pour améliorer ses performances »

1. La Rédaction Analyses Experts : Quels sont les facteurs de stress les plus courants en entreprise ?

Ariane Oclin : Principalement des problèmes de gestion du temps et de management.

  • De gestion du temps : sentiment d’être en permanence dans une course contre la montre (86% des salariés*), interruptions incessantes (74%), charge de travail ressentie comme trop importante par rapport au temps alloué, accroissement régulier de la durée de transport journalière…tout cela concourt à fragiliser l’équilibre de l’individu et, en particulier, l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Les nouveaux outils technologiques (Internet, Smartphones…), loin d’alléger cette impression, ont plutôt tendance à la renforcer : si on vous adresse un mail, vous vous sentez sommé(e) de répondre tout de suite et ce, parfois, en dehors même des horaires de travail…
  • De management : le culte de la performance (« toujours plus, toujours mieux, toujours plus vite ») insécurise l’individu, qui a l’impression de ne jamais en faire assez, de ne jamais « être à la hauteur », et lui fait perdre ses repères ; le « zéro faute » obligatoire, sur le mode de la production industrielle, met une pression considérable sur les salariés, qui en déduisent alors que « l’erreur n’est plus humaine ». Associez à cela le manque fréquent de reconnaissance, tant matérielle (augmentations, promotions) qu’émotionnelle (compliments), le flou dans la définition des fonctions, les réorganisations incessantes, (qui deviennent la norme et font perdre, elles aussi, leurs repères aux salariés…) et vous obtiendrez un bon cocktail bien stressant et caractéristique de ce que nous rencontrons fréquemment aujourd’hui dans l’entreprise.

(*) Baromètre stress, Mai 2011, enquête Opinion Way pour la CFE-CGC

2. La Rédaction Analyses Experts : Comment peut-on agir pour les réduire ?

Ariane Oclin : L’impact du stress se traduit aussi bien au niveau de la société, de l’entreprise et de l’individu. C’est bien à ces trois niveaux qu’il convient d’agir.

  1. Au niveau de la société, par la mise en place d’indicateurs et la prévention organisée des risques psycho-sociaux, ce qui passe par une politique de communication sur ces thématiques.
  2. Au niveau de l’entreprise, notamment par la mise en place de programmes de gestion anti-stress, intégrant un audit préalable et des formations ad hoc.
  3. Au niveau de l’individu, par une responsabilisation de celui-ci, qui peut très bien générer son propre stress, par des erreurs d’appréciation de telle ou telle situation, par une mauvaise gestion de temps, par un manque de capacité à communiquer… Apprendre à repérer ses propres symptômes de stress, comprendre les mécanismes psychologiques et physiologiques du stress, permet de dédramatiser l’approche du « phénomène stress ». Ensuite, s’approprier des techniques de relaxation, des réflexes (respiration, relâchement…) à pratiquer dans l’urgence, s’entraîner à des techniques verbales limitant la tension dans les relations interpersonnelles…permet de maîtriser le stress à un niveau acceptable et bénéfique.

3. La Rédaction Analyses Experts : Est-ce à dire que le stress peut être nécessaire ?

Ariane Oclin : Oui, et c’est aussi un message important à délivrer : le stress nous permet de nous adapter et de nous mobiliser pour être au meilleur de nous-mêmes. Tout est question de dosage et cela ne justifie en aucun cas le « management par le stress ». L’objectif et la responsabilité de l’individu doit être de maintenir son stress à ce niveau optimum de stress, qui lui permet d’être performant sans effort…

4. La Rédaction Analyses Experts : En situation de stress, que puis-je faire, en 3 minutes, pour m’apaiser ?

Ariane Oclin : Lorsque vous êtes stressé, vous bloquez le plus souvent votre respiration sans vous en rendre compte. Or c’est en respirant calmement et profondément, « par le ventre », et, en particulier, en prolongeant l’expiration, que vous provoquerez une diminution du rythme cardiaque qui s’est emballé sous l’effet du stress, et une sensation de détente musculaire. Donc le réflexe à avoir en toute circonstance stressante : remettre en route cette respiration « par le ventre ». En clair, sur 3 respirations, inspirez sur 3 temps, bouche fermée, puis expirez profondément, sur 6 temps. Vous vous sentirez immédiatement beaucoup mieux.

5. La Rédaction Analyses Experts : Quels conseils pratiques donneriez-vous pour mettre en place un climat de travail moins stressant ?

Ariane Oclin : Tout d’abord, organiser le travail de manière à rassurer et responsabiliser chaque collaborateur : en définissant parfaitement le périmètre et les caractéristiques de chaque fonction, en donnant à chacun les moyens de remplir sa mission, avec un focus sur la qualité du résultat obtenu.

Ensuite, favoriser une communication fluide et qualitative à l’intérieur de l’entreprise : être capable de complimenter tout autant que de critiquer, donner du retour régulièrement, et pas seulement lors de l’entretien annuel d’évaluation, communiquer le plus possible en amont pour préparer et, éventuellement, associer les collaborateurs à toute réorganisation…

Enfin, déceler les problématiques individuelles et aider les collaborateurs à les résoudre par une offre de formation adaptée, voire de véritables programmes de gestion anti-stress, comme c’est déjà le cas dans certaines entreprises.

6. La Rédaction Analyses Experts : Que puis-je faire en dehors de mes périodes de travail pour limiter le stress ?

Ariane Oclin : Accroître votre résistance au stress en cultivant votre équilibre de vie ! Au-delà des sphères professionnelles et familiales, « cultivez votre jardin » à votre façon : en pratiquant une activité extra-professionnelle si possible bien sûr, mais cela n’est pas toujours possible avec nos agendas surbookés ; alors, de manière pragmatique, en vous réservant « un temps pour vous, rien qu’à vous » de temps à autre, sans devoir de compte à personne ; en favorisant les émotions positives (surprendre son enfant en allant le chercher à l’école, s’offrir un éclair au chocolat, descendre deux stations de métro avant l’arrêt habituel pour marcher tranquillement et profiter d’un beau matin frais : tous les goûts sont dans la nature !) ; en privilégiant les relations de qualité.

7. La Rédaction Analyses Experts : Peut-on réellement apprendre à « gérer son stress » ?

Ariane Oclin : Oui, s’il est bien entendu qu’il ne s’agit pas d’éradiquer le stress (ce qui est impossible), mais bien plutôt de le limiter à son point optimum pour ne plus en souffrir et pour s’en servir comme d’un formidable levier de performance !