Génération Y, vrai sujet ou tarte à la crème ?

boyerFrancis Boyer, spécialiste en innovation managériale, est consultant, formateur, coach, conférencier et rédacteur de nombreux articles en management. Il accompagne les entreprises dans l’exploration et l’adoption de nouveaux processus de management, notamment en ce qui concerne le management intergénérationnel et le management de la génération Y.
Il anime, pour EFE, les formations Management collaboratif, Managers occasionnels et Manager son équipe par les talents.

Francis Boyer co-animera la matinée du 28 janvier « Génération Y, pourquoi sont-ils aussi méchants ?« 

1. La Rédaction Analyses Experts – Pourquoi parler de la génération Y ?

Francis Boyer – Comment réagir face à Kevin qui explique « qu’il est désolé mais qu’il n’est pas du matin » lorsque son manager le recadre sur ses fréquents retards, à Audrey qui refuse de traiter une activité au motif que « ce n’est pas dans sa description de poste » ou encore quand Lætitia précise qu’elle « refuse de payer les cotisations retraite« , car elle a prévu de se constituer sa retraite en achetant des appartements ?

Quel est le point commun de ces 3 salariés ? Ils ont tous moins de 30 ans ! C’est parce que cette génération se distingue nettement des précédentes que les managers se trouvent démunis face à leurs comportements.

2. La Rédaction Analyses Experts – Qu’est-ce que la génération Y ?

Francis Boyer –On évoque la génération Y pour désigner les personnes nées entre 1978 et 1994 qui représentent environ 20% de la population active. On les symbolisent par les « 4I » : Individualistes (ils revendiquent la satisfaction de leurs besoins), Interconnectés (ils sont en permanence reliés aux autres, notamment via les NTIC et attendent des relations authentiques), Impatients (ils veulent « tout, tout de suite ») et Innovants (ils remettent en question l’existant, expriment librement leurs idées et donnent leurs avis sur tout).

3. Rédaction Analyses Experts – Génération Y, vrai sujet ou tarte à la crème ?

Francis Boyer –Le concept de génération Y est apparu en même temps que le passage aux 35 heures, la diversité, la responsabilité sociale de l’entreprise et plus récemment la prévention des risques psychosociaux : hasard  ou coïncidence ?

Aborder la génération Y par le seul critère de l’âge peut être contestable. Mais si l’on prend un peu de hauteur, on comprend que ces jeunes collaborateurs, élevés par des parents qui leur ont dit que « le plus important c’était d’être heureux » (alors que les générations précédentes ont été éduquées à coup de « mets pas tes coudes sur la table » puis « passe ton bac d’abord« ) sont les « porte parole » d’une société qui revendique à présent le bien-être (développement durable, BIO, SPA, lutte contre le stress…), la liberté (statut d’auto-entrepreneur, télétravail, expression libre sur les réseaux sociaux, scan, vélo et auto Lib) la tolérance (respect du handicap, anti discrimination) et la solidarité (contrat de génération, co-working, achat groupé…). Vue sous cet angle, la génération Y est un vrai sujet car toutes ces transformations de notre société ont déjà un impact sur les relations au travail.

Autrefois une condition de survie, puis un devoir, puis un symbole de réussite, le travail est à présent considéré comme une source d’épanouissement personnel : Il est passé du stade de finalité au stade de moyen. C’est pour cette raison que certains managers, non seulement ne comprennent pas leurs jeunes recrues, mais peinent à les manager au quotidien (53% des Français estiment que les jeunes sont paresseux, intolérants et 63% égoïstes[i]).

Mais depuis peu, cela ne concerne plus que les jeunes. Il suffit d’animer un comité de Direction pour constater que les quinquagénaires sont eux aussi hyper-connectés à leurs Smartphones. Nouvelle habitude de travail ou manque de respect ? Nous préférons parler de « Culture Y » que de « Génération Y » pour éviter tout stéréotype et nous concentrer sur l’essentiel : doit-on autoriser ces nouveaux comportements dans l’entreprise ou non ? Quel intérêt à l’entreprise à s’adapter ?

4. La Rédaction Analyses Experts – La génération Y va t-elle révolutionner l’entreprise ?

Francis Boyer –Parce que cette génération représente les talents de demain, occupera dans quelques années les postes à responsabilité, les entreprises peuvent difficilement rester indifférentes à leurs attentes. Elles peuvent cependant choisir d’ignorer ces nouveaux comportements mais qu’en sera-t-il de leur attractivité ?

Celles qui décideront de faire évoluer leurs processus devront parfois réinventer certaines pratiques managériales : Comment intégrer des démarches collaboratives (Interconnexion) sans altérer l’autorité hiérarchique ? Comment libérer la créativité (Innovant) sans revivre les dérives de ce que furent les « boîtes à idées » ?…

A bien y réfléchir, la « génération Y » n’était que la partie visible de l’iceberg, la phase annonciatrice d’un inévitable besoin de réinventer son management et ses pratiques RH (recrutement, évaluation, formation, carrière…) pour attirer les talents qui aideront les entreprises à gagner les défis de demain.

Et c’est tout naturellement à la fonction ressources humaines que les dirigeants confiront cette nouvelle responsabilité. Les DRH ont à présent 2 nouveaux chantiers à ouvrir :

–       Le management intergénérationnel : Comment faire travailler ensemble plusieurs générations qui ne se comprennent pas ?
–       L’innovation managériale : Quels processus RH faut-il faire évoluer ? Pour quoi faire et Comment ?

« Manager la génération Y » c’est arriver à faire la part des choses entre ce sur quoi les jeunes doivent s’adapter et ce que l’entreprise doit changer. Chaque entreprise devra faire ses choix… Quels seront les vôtres ?


[i] Etude Ipsos/Le Monde de 2011

6 Commentaires

  • Bonjour,

    « Génération Y, vrai sujet ou tarte à la crème ?! « . Je note, pour ma part, que rares sont les principaux intéressés, les « représentants » de la « génération Y » qui s’expriment sur cette question.
    Ce qui laisse tout loisir à leurs ainés de s’exprimer à leur place.

    Qui sont les jeunes de la « génération Y » ? Le seul critère d’âge n’est pas distinctif en soi. Car, qu’il y a t il de commun entre un jeune de 25 ans ayant quitté prématurément le système scolaire et un jeune diplômé qui vient d’intégrer une entreprise ? Le rapport au travail, à l’autorité est foncièrement différent. Alors, de quoi parlons nous lorsqu’on évoque la génération Y ?!!

    Pour ne s’en tenir qu’aux seuls jeunes diplômés, pour les observer dans mon entreprise, je ne trouve pas qu’ils soient fondamentalement différents de leurs ainés dans leurs aspirations.
    Certes, leur rapport aux TICs est plus naturelle que celle de leurs ainés. So what ?! Pour avoir sondé les « jeunes » de mon entreprise (conseil IT), j’ai eu la surprise de découvrir qu’ils étaient peu concernés par les réseaux sociaux professionnels. Découverte : Viadéo et Linkedink, c’est pas leur « truc » ?!

    Ils sont dans l’aspiration de donner « sens » à leur vie ? Leurs ainés n’avaient pas d’autre souhait.
    Un arbitrage entre les exigences de la vie privée et la vie professionnelle ? Sans doute. Certains ont fait le constat, avec leurs parents, qu’un équilibre entre vie professionnelle et vie privée était indispensable.
    Et dans les situations de conflit entre l’une et l’autre, à tous coups, ils privilégierons leur vie privée, ce que leurs ainés n’ont pas toujours fait !
    Au fond, on a l’impression de voir ressurgir le vieux dragon du conflit intergénérationnel.

    Alors, « culture Y », tarte à la crème ? J’aurai tendance à répondre « oui ». Mais peut être le thème de la « génération/culture Y » sert il les journalistes et d’autres qui en tirent profit ?

Laisser un commentaire