Gestion du temps : et si vous prépariez vos bonnes résolutions ?!

Catherine BerlietCatherine Berliet est consultante-formatrice, coach et auteur. S’appuyant sur une expérience de responsables d’équipe et sur une expertise en développement des compétences au sein d’un cabinet RH. Elle est l’auteur de Et si je prenais mon temps paru aux éditions Eyrolles.
Intervenant EFE depuis plus de 8 ans, elle anime les formations « Assertivité & Leadership – Niveau 2 » et « Mieux gérer son temps pour gagner en efficacité »

La fin de l’année approche, les vitrines s’illuminent, le Père Noël  récolte ses dernières lettres, nos comptes se soldent, nos bilans s’établissent et nos constats se font. Ah ! J’oubliais,  le temps des résolutions arrive avec son cortège de vœux pieux, de « Si seulement je pouvais », de « Ça serait bien si », de « Je devrais » ou de « Il faudrait… ».

Comme chaque année, vous avez décidé d’en finir avec tous vos souhaits jamais exaucés,  aussi avez-vous inscrit en lettres d’or sur votre to do-list : « Et si tu gérais mieux ton temps pour te garder du temps pour toi, et pour retrouver le chemin de la  sérénité… ? »

Vaste programme me direz-vous !

Pourtant votre choix n’est pas neutre : changement d’année, changement de temps. Vous venez de faire preuve d’une clairvoyance stratégique. Oui, vous avez raison de privilégier ce concept, car ne représente-t-il pas ce que vous possédez de plus précieux ? Comment venir à bout de votre plus grande complication, de votre tracas le plus phénoménal, et  surtout,  de votre ennemi le plus menaçant ? Le temps, oui, le vôtre, celui qui  file, vous taraude, vous challenge, vous embolise à petit feu,  vous carbonise parfois et  vous bouscule toujours, celui qui vous rattrape et vous rapproche inexorablement du dernier jour de votre existence…

Voilà les mots sont lâchés,  le temps,  encore le temps, toujours le temps : notion métaphysique qui résume à elle seule l’histoire de toute une vie : la vôtre.

Vous tenez enfin le seul objectif qui vaille d’être atteint : faire de chaque jour une parenthèse  idéale, rationalisée,  harmonisée  autour d’un temps pour vous et d’un temps pour les autres. Vous vous surprenez à envisager une balance parfaitement équilibrée entre votre temps personnel  et votre temps professionnel. Non vous n’avez pas encore la gueule de bois, votre esprit est clair, limpide…

Jingle bells, jingle bells…  L’heure des résolutions a sonné

Il est juste temps de tordre le coup à vos mauvaises habitudes et d’en finir avec le stress rampant et sournois qui vous accapare,  il est juste temps de prendre le mors aux dents pour pointer : travers,  dérives, polluants et exterminer à tout jamais  vos hackers de vie.

Si vous vous retournez sur votre passé, vous observez que toute votre existence n’est que précipitation  et que vous fonctionnez comme dans un film muet, « en accéléré ». Ce début d’année prochaine sera le moment de vous donner du temps et du champ pour réfléchir à ce que vous ne voulez plus, pour envisager de nouveaux modes opératoires et dessiner les  premiers contours du premier jour du début de votre Vraie Vie…. .

Parfait me direz-vous, « je veux bien poser un acte, mais je commence par quoi ? » Plancher sur vos bonnes résolutions c’est d’abord provoquer un premier déclic et inscrire dans le marbre tout ce dont vous ne voulez plus pour la nouvelle année… Ou plutôt tout ce dont vous rêvez en lettres capitales et scintillantes, Noël oblige :

  • Traquer votre procrastination
  • Défibriller votre esprit
  • Déculpabiliser
  • Flinguer vos croqueurs de temps
  • Karchériser votre bureau
  • Dynamiser le temps de vos réunions
  • Orchestrer des délégations réussies
  • Foudroyer les pollueurs de l’open space
  • Vous inoculer  la patience
  • Muscler votre acuité attentionnelle
  • Jongler avec les derniers outils d’organisation
  • Twister avec vos emplois du temps
  • Zouker avec vos plannings
  • Vous désintoxiquer du numérique
  • Réapprendre la lenteur
  •  Croquer la vie à pleines dents

Une fois cette liste achevée, mettez-vous dans la tête une bonne fois pour toute que :

L’art du temps ce n’est pas vivre comme un(e) contrôle freak, un(e) überconnecté(e), c’est retrouver le goût de la concentration, de la qualité, de la lenteur et de la simplicité, c’est retrouver de l’appétence pour l’essentiel et le bien-être.

L’art du temps ce n’est pas endosser le rôle du  marathon man ou woman, ni  se jeter dans la bagarre du faire plus en moins de temps,  c’est réapprendre à s’écouter, c’est se remettre sur scène et se donner le meilleur rôle, c’est déposer les armes,  faire la trêve des confiseurs, lâcher prise, c’est s’inviter  à la table du « temps pour soi », un festin de roi et une promesse d’agapes pantagruéliques.

L’art du temps  c’est cultiver le goût de l’exclusif, c’est se révéler fin limier et stratège pour éliminer,  élaguer, choisir, oser,  trancher,  couper, s’alléger, se délester, simplifier. C’est  réinventer ses journées et les enjoliver, se recentrer,  exploiter le précieux, entretenir le singulier. Et c’est encore soustraire doutes, culpabilité, remords, peurs, pour mieux flirter avec les imprévus, batifoler avec les urgences, se  poser et se recomposer.

Il n’est que temps de vous engager dans une profonde transformation de votre façon de travailler, et de remettre en perspective vos missions avec les priorités de votre existence.

Oui le défi de votre nouvelle année s’incarnera à travers un art de vivre
 qui passe par l’art du temps.