Chief Happiness Officer : et si on prenait le bien-être au travail au sérieux ?

Chief Happiness Officer

Vous aussi vous entendez parler du Chief Happiness Officer ? Ces « Responsables du bonheur » sont de plus en plus nombreux dans les entreprises pour rendre leur équipe heureuse et performante…mais de quoi s’agit-il exactement ?

Bonheur et performance vont de pair !

Quelques chiffres pour mettre en perspective l’importance du bonheur au travail : selon Laurence Vanhée dans son TedX , un salarié heureux est 2 fois moins malade, 6 fois moins absent, 55% plus créatif, 9 fois plus loyal et par extension, plus productif. On peut en déduire que la performance d’une entreprise est directement liée au bonheur de ses employés mais surtout à leur motivation et engagement. La motivation cela n’est pas seulement des avantages matériels et financiers, c’est aussi l’autonomie principalement, la relation à autrui, l’utilisation des compétences, la reconnaissance et le sens de son travail….

Le Chief Happiness Officer pour mettre tout le monde d’accord !

Si vous chercher à motiver vos employés pour une performance maximale, pensez à recruter un Chief happiness Officer (CHO) ! Son rôle est de cultiver le bonheur dans l’entreprise. Le site http://happinessofficer.fr/ (que je vous conseille) met en avant deux piliers majeurs sur lesquels le CHO peut agir : la motivation et l’engagement (vous aussi vous remarquez que l’on retrouve souvent ces deux mots là ?).

Voici quelques conseils pour créer un meilleur bien-être au travail :

  • La règle de base, c’est d’être persuadé que des employés heureux sont des employés efficaces et moteurs d’une entreprise performante.
  • Croire en chacun. C’est-à-dire aux capacités et compétences de tous et faire ressortir le meilleur de chacun. Pour cela, il est primordial de traiter chaque individu avec respect.
  • Instaurer un environnement de travail propice à l’efficacité bien sûr. Ce qui veut aussi dire un environnement convivial pour que tous se réjouisse de se rendre au travail chaque jour.
  • La cohésion et le travail d’équipe. Parce que l’on est plus forts à plusieurs et que la communication est un point clé pour éviter bien des dysfonctionnements, il est important que les employés se sentent faire partie d’un groupe, et qu’il y a sa place.
  • Donner à chacun de la liberté et de l’autonomie. Isaac Getz a établi le concept de l’entreprise libérée dans laquelle chaque individu dispose d’une autonomie et de responsabilités au sein de l’entreprise . La participation des employés étant un des leviers de motivation.
  • Les valeurs de l’employé doivent coïncider avec les valeurs de l’entreprise. Embaucher une personne compétente mais en désaccord avec la culture de l’entreprise et ses valeurs ne sera pas propice à une performance au top ! Pour s’épanouir pleinement, nous avons tous besoin de mener des actions en adéquation avec nos valeurs

Quel est le profil idéal d’un.e CHO ?

Vous connaissez maintenant le rôle et les objectifs du CHO…et concrètement ? D’après Alexander Kjerulf, co-fondateur de WooHoo au Danemark, le CHO est responsable d’organiser des évènements, des sessions de formations ou encore différentes activités. A lui et au reste de l’équipe de proposer pleins d’idées pour booster l’équipe et rendre l’entreprise propice au bonheur de chacun.
La personne idéale pour ce poste est donc aimable, fun, dynamique et créative, avec plein d’énergie pour être attentive au bien-être de ses collaborateurs et trouver des solutions afin d’optimiser le bonheur dans l’entreprise.

Analyser le bonheur de vos employé.es avant de vous lancer !

Au boulot ! Pour commencer, l’analyse d’un bonheur actuel des employé.es semble être indispensable. A Nicomak, nous appliquons régulièrement la méthode SLAC  ou nous utilisons l’outil de diagnostic Ethimak . Pensez aussi à faire attention aux éventuelles réticences de certains salariés et essayer de les comprendre : ouvrez des espaces de discussions.
Et n’oubliez pas, l’ingrédient secret, c’est le bonheur alors souriez !

Auteurs : Alice Lousson et Tatiana Rinke[dt_quote font_size= »normal » background= »fancy »]Tatiana Rinke est consultante et formatrice en innovation sociétale chez Nicomak depuis 2014. Passionnée par l’innovation sociétale sous toutes ses formes, elle intervient auprès des entreprises de diverses tailles et de tous les secteurs afin de les accompagner dans la définition et la mise en place de stratégies RSE. Elle anime chez EFE la formation « La démarche RSE comme levier d’innovation »

[/dt_quote]