Pariez sur la délégation pour faire bouger vos collaborateurs

délégation

Pourquoi la délégation n’est pas si simple ?

On reconnait un manager à sa capacité à mettre en place une délégation efficace. Savoir déléguer c’est d’abord accorder sa confiance à ses collaborateurs. L’enjeu est là ! Compte tenu de la pression du résultat, est-ce que je suis prêt en tant que manager à assumer  toutes les responsabilités des tâches que je confie à des tiers ? Souvent la réponse est : « je n’ai pas le choix» ! Soit, mais dans ce cas je subis mon propre management d’équipe.  Pire encore si dans l’urgence, j’effectue moi-même les tâches que je suis sensé réserver à mes collaborateurs, car ici, je sors de mon rôle d’encadrement et d’organisation du travail au sein de mon service.

Apprendre à déléguer efficacement ce n’est pas abandonner sa confiance en fermant les yeux, c’est créer soi-même les circonstances dans lesquelles je vais pouvoir accorder ma confiance à mes collaborateurs. Ce n’est pas non plus adopter une confiance à géométrie variable. Il s’agit d’apprendre à poser les conditions objectives de la confiance à placer au sein de l’équipe.

Une fois la démonstration faite que les bénéfices de la délégation sont palpables pour tous au quotidien, le manager a le moyen d’activer cette ressource et de moduler son management pour obtenir le meilleur dans le déploiement de chacun vers les objectifs annoncés.

Accorder sa confiance, oui mais..

Accorder sa confiance, c’est bien joli mais il faut tout de même que le collaborateur ait fait la démonstration qu’il en est digne n’est-ce pas ?

Il y a deux postulats possibles :

  • Soit dès le départ je fais confiance et nous analysons ensemble le résultat quitte à faire des ajustements.
  • Soit, je ne fais pas confiance et j’attends en effet que mes collaborateurs me prouvent qu’ils sont à la hauteur des tâches que je peux leur confier.

Raisonner sur cette base, n’est-ce pas quelque part remettre en question tout le fonctionnement de l’entreprise depuis le recrutement du collaborateur jusqu’à sa légitimité dans votre service ?

En appliquant le doute comme un réflexe scientifique sur une matière (humaine) qui ne s’y prête pas toujours, le manager oriente son regard (et celui de toute son équipe) sur la notion d’échec et non vers la réussite. Si le manager conserve cette posture de méfiance ou de crainte, il aura très souvent raison : ses collaborateurs seront rarement au top sur des tâches du quotidien et encore moins capables de monter en compétence sur de nouvelles missions plus ambitieuses… La délégation sera dès lors évidemment difficile.

Quels sont les bénéfices à déléguer face à la prise de risque ?

Au-delà du constat évident que nous sommes plus forts à plusieurs (sous réserve d’une bonne coordination des forces en présence), il y a deux niveaux de bénéfices.

  • S’agissant des bénéfices directs, celui d’une plus grande maîtrise de la gestion du temps me paraît le plus significatif. Ce temps est précieux pour prendre de l’altitude, vérifier ses indicateurs à moyen terme et garder un coup d’avance. Dans le cas d’une bonne délégation, une meilleure gestion du stress intervient également en même temps que l’amélioration de sa propre efficacité comme celle de l’équipe.
  • Sur le plan des bénéfices indirects le manager pourra observer une dynamique collective plus soutenue, une émulation saine et naturelle. Cette ambiance est palpable, il y a une sorte d’envie partagée voire contagieuse au sein de l’équipe et les plus sceptiques se surprennent à y croire de nouveau. Le résultat, c’est aussi qu’au bout de six mois, une forme de reconnaissance sincère des équipes envers leur manager s’est créée.

En France on parle de « prendre un risque », dans les pays anglo-saxons  cela se traduit par : « take a chance », en terme de cohésion de groupe cette formule me paraît plus cohérente !

 

[dt_quote font_size= »normal » background= »fancy »]

Après plus de vingt ans d’un parcours professionnel effectué dans le secteur des médias et de la communication, ancien journaliste-reporter, rédacteur en chef, directeur commercial, Albain Venzo s’est formé aux disciplines du management, de la préparation mentale et du coaching via un programme dédié aux sportifs de haut niveau. Il anime chez EFE les formations «Réussir sa prise de fonction de manager» et «Les clés de la motivation de ses collaborateurs». [/dt_quote]