Qualité de vie au travail : les fruits à volonté ne suffisent pas !

qualité de vie au travail

Du « Happy at work » au « Chief Hapiness Officer”, le bonheur au travail a belle presse. Il est de bon ton de penser au « bonheur » de ses collaborateurs et bien souvent cela se traduit par une cafét, un babyfoot et des cours de yoga proposés gratuitement. Pour preuve, nous sommes en plein dans la semaine de la Qualité de Vie au Travail (QVT).

La semaine de la Qualité de Vie au Travail (QVT)

Cette semaine a été lancée il y a 14 ans. Pourtant on en a rarement autant parlé… On voit fleurir un peu partout de fort jolies infographies, de jolies promesses, des témoignages de qualité mais je me demande toujours si tout cela n’est pas juste une belle affaire marketing. Bien sûr, c’est toujours ça de pris ! (je milite de mon côté pour une salle de sieste au sein de mon entreprise depuis 6 ans, je ne désespère pas !). Faire parler de son entreprise de cette façon est vendeur et à l’heure où la marque employeur prend tant d’importance, de telles initiatives sont de vrais avantages compétitifs.

Un management QVT, ça s’apprend ?

Pourtant, que vaut la qualité de vie au travail si le management ne suit pas ? L’ANACT, qui est à l’origine de cette semaine, se pose d’ailleurs la même question que moi puisque le thème de cette année est le suivant « Un management de qualité, ça s’apprend ? ». Je vous invite à lire le retour sur le colloque qu’ils ont organisé sur cette question il y a trois jours.

Je crois foncièrement que sans management « QVT », peu importe les croissants, le yoga ou l’accès à des fruits bios. Je vois trop souvent des collaborateurs et des managers qui, via leur expérience du management (subi, en victime ou bourreau), ne peuvent concevoir leur entreprise comme un lieu où « il fait bon vivre » malgré tout ce qui peut être mis en place. Pour rappel, l’une des causes principales de démission d’un salarié est la qualité de la relation qu’il entretient avec son manager.

En effet, si l’on pense qualité de vie, on pense le plus souvent aux relations que l’on entretient, au climat de confiance, au lieu où l’on se rend sans nœud au ventre, aux collègues que l’on a plaisir à revoir le lundi, au manager avec qui l’on peut parler en toute transparence, sans inquiétude et sans jugement. Selon le sondage fait cette année par l’ANACT, la quasi-totalité des top managers (92%) et des futurs managers (97%) interrogés estiment que les pratiques managériales doivent changer pour s’adapter aux évolutions de la société et aux enjeux des entreprises et des organisations. 85% des top managers et 94% des futurs managers estiment que les managers devraient prendre davantage en compte la qualité de vie au travail. Plus encore, l’enquête annuelle de Malakoff Mederic met en avant que, pour les salariés, comme pour les dirigeants, cette année encore, l’ambiance arrive en tête des déterminants de la QVT.

(source : http://www.malakoffmederic.com/groupe/media/presse-actualites/espace-presse/Malakoff-Mederic-etude-QVT-2017.htm)

Il faut aller en profondeur lorsque l’on parle de qualité de vie au travail. Le confort est important et merci à ceux et celles qui l’entretiennent mais accompagner les managers dans une nouvelle approche de leur fonction est essentiel. La bienveillance devrait figurer dans les qualités attendues de tous vos managers, devrait même être mentionnée dans toute fiche de poste. Certains ont d’ores et déjà sauté le pas. Le Groupe Casino a ainsi développé un programme d’envergure en la matière.

Se former au management bienveillant, c’est possible !

Peut-on réellement former au management bienveillant ? C’est la question qui m’a été posée dans une interview et évidemment que c’est possible ! Fort heureusement d’ailleurs. Mais avant même que de passer deux jours avec nous (ce que je vous engage à faire), il y a quelques principes de base que vous pouvez déjà appliquer : la sincérité, reconnaître vos erreurs et ne pas stigmatiser celles de vos collaborateurs, adopter la « positive attitude » (je vous épargne la chanson ?), donner des signes de reconnaissance, mettre en place des rituels managériaux …. La liste pourrait être encore plus longue mais si déjà vous faites tout cela, croyez-moi la bienveillance sera parmi vos points forts !

Nous vous attendons :)[dt_quote font_size= »normal » background= »fancy »]Tatiana MarotTatiana Marot est la Responsable de l’offre SoftSkills d’EFE. Cette offre regroupe l’ensemble des formations abordant les compétences transversales des collaborateurs : efficacité professionnelle, management, management de projet… Son rôle est de créer et coordonner l’ensemble des formations afin de répondre, le plus précisément possible, aux demandes multiples des entreprises avec lesquelles elle travaille. Les défis managériaux, relationnels, de performance sont de plus en plus grands et son objectif est de vous accompagner pour les réussir.

[/dt_quote]