Motivation au travail, les clés pour la retrouver

Assertivité

Très vite après l’école primaire, on s’étonne souvent de constater un certain manque d’enthousiasme de nos enfants  tout au long de leur scolarité. En grandissant, un adulte va être confronté à plus de contraintes, plus de responsabilités, plus de pression du résultat, plus de stress au quotidien. De quoi sérieusement ébranler les motivations de départ de n’importante quel individu en milieu professionnel.

Pourtant, selon les études orientées sur la qualité de vie au travail (QVT), nous savons qu’un salarié heureux est 2 fois moins malade, six fois moins absent, plus efficace et plus performant pour lui-même comme pour l’entreprise..

Existe-t-il un antidote contre la démotivation ?

Si la tendance est au « CHO » (Chief Happiness Officer), le bonheur au travail vient tout de même heurter la dure réalité étymologique du mot travail et sa référence à cet instrument de torture romain réservé aux esclaves.

Alors où sont les secrets de la motivation ?

La motivation n’est pas une affaire de volonté !

La volonté trouve sa principale ressource dans la notion de contrainte. Plus c’est difficile, plus c’est pénible, plus je suis méritant et mieux  je gagne mon pain et le salut qui va avec. L’équation est si vraie que notre culture moralisatrice est là pour nous rappeler que la Cigale va bientôt chanter tous les tubes de l’été tandis que la Fourmi…

La motivation c’est plutôt la culture de l’envie.

La notion d’effort reste évidemment présente mais le carburant de cet effort est produit par le désir. Le désir de tendre vers ses rêves plutôt que de se rassurer dans la douleur. Voilà qui constitue le vrai moteur puissant de la motivation.

Dès lors, il s’agit de considérer que nos motivations ne sont pas forcément les mêmes que celles de nos collaborateurs.  Si l’objectif peut être commun, en vrai pilote de votre parcours ou de celui de votre équipe, il est important de comprendre les différents niveaux d’aspiration de chacun.

La motivation doit également se conjuguer dans le temps.

Il y a les motivations précieuses pour booster l’instant « T » au travers d’encouragements et d’un suivi bienveillant par exemple. Il y a bien entendu l’augmentation salariale, qui une fois actée, reste un levier de motivation à court-terme. En effet, à moins d’être sous payé au départ, une augmentation est l’équivalent pour un marathonien d’un « sucre »: un « petit coup de fouet » dont les effets ne couvriront pas une longue distance.

Les motivations de plus long terme quant à elles, font appel à la faculté de donner du sens à l’action.  A partir de là, apprendre à cerner ses propres motivations et à jalonner son parcours d’étapes intermédiaires est essentiel pour maintenir le bon niveau « d’envies ». Mesurer la bonne distance de l’objectif : ni trop loin car il devient flou et décourage, ni trop près, car c’est le risque de tomber dans la facilité et l’ennui.

Pour aller plus loin, rejoignez-nous lors de la formation «Les clés de la motivation de ses collaborateurs».

[/vc_column_text][dt_quote font_size= »normal » background= »fancy »]Après plus de vingt ans d’un parcours professionnel effectué dans le secteur des médias et de la communication, ancien journaliste-reporter, rédacteur en chef, directeur commercial, Albain Venzo s’est formé aux disciplines du management, de la préparation mentale et du coaching via un programme dédié aux sportifs de haut niveau. Il anime chez EFE les formations «Réussir sa prise de fonction de manager» et «Les clés de la motivation de ses collaborateurs».

[/dt_quote][/vc_column][/vc_row]