Design thinking : comment penser comme un designer ?

[vc_row][vc_column][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]A l’heure où les attentes des consommateurs évoluent progressivement du produit vers l’expérience, la course à l’innovation oblige les entreprises à redéfinir leur stratégie et revoir leur façon de travailler. Pour y parvenir, certaines d’entre elles – à l’instar de Nespresso, AirBnB ou l’incontournable Apple – ont adopté très tôt une démarche d’innovation orientée utilisateur : le design thinking. Le principe en trois mots ? Empathie, idéation et prototype.

Design thinking, de quoi parlons-nous exactement ?

Par définition, le design thinking est « un mode d’application des outils de conception utilisés par les designers pour résoudre une problématique d’innovation, par une approche multidisciplinaire centrée sur l’humain ».
Le design thinking s’appuie donc grandement sur :

  • Une logique de co-création : les individus ne travaillent jamais de façon isolée mais dans une logique collaborative et multidisciplinaire
  • Une mécanique intellectuelle : le design thinking alterne des phases d’intuition (pensée intuitive) et d’analyse (pensée analytique) propices à la créativité
  • Une dimension humaine : en plaçant l’utilisateur final au centre de sa démarche, le design thinking offre une meilleure compréhension de ses attentes et de ses expériences vécues

Une brève histoire de la pensée design

L’histoire du design thinking débute dès la fin des années 1940 avec Alex Osborn. Ce publicitaire américain a l’idée d’organiser des séances de travail en groupe visant à stimuler la créativité : le fameux brainstorming est né ! Rapidement popularisée, la technique s’invite alors dans les entreprises, qui s’ouvrent peu à peu à la pensée créative.
Mais c’est avec l’agence Ideo, fondée en 1991 à Palo Alto par David Kelley, que s’opère le véritable tournant. Première agence de design globale, elle fait beaucoup parler d’elle en 1999 suite à un défi lancé par la chaîne de télévision américaine ABC News : cap ou pas cap de réinventer en 5 jours un caddie de supermarché ? Cap ! En appliquant la méthodologie design thinking et en mobilisant une équipe de designers, logisticiens, ou encore médecins (pour un caddie, oui oui), Ideo relève le challenge haut la main et offre un coup de projecteur sur cette méthode d’innovation.
Depuis, le nombre de programmes de design thinking n’a fait que croitre à travers le monde, et de plus en plus d’entreprises ont adopté la méthode.

 

Comment penser comme un designer ?

Selon l’université de Stanford, le design thinking s’articule autour des 5 étapes suivantes :

  1. Empathie : étape la plus importante du processus, l’empathie consiste à observer, interviewer, échanger avec les utilisateurs pour comprendre ce qu’ils font, ce qu’ils pensent, ce qu’ils ressentent et ce qu’ils disent
  2. Point de vue : il s’agit de préciser la problématique en formulant des « comment pourrait-on… »
  3. Idéation : c’est la phase de créativité : à ce stade, toutes les idées et solutions sont les bienvenues !
  4. Prototypage : étape clé du processus, le prototypage permet d’explorer des solutions et d’en percevoir les atouts, les potentiels et les limites de façon immédiate et concrète
  5. Test : la phase de test permet de recueillir des retours d’utilisateurs, qui permettront par la suite d’affiner les solutions

Pour Tim Brown, CEO d’Ideo, ce processus pourrait être réduit à 3 étapes seulement – la logique restant toutefois identique : inspiration, imagination, implémentation.
Dans un cas comme dans l’autre, il est important de noter que l’approche n’est pas linéaire mais itérative : il est fréquent de redémarrer un cycle après un premier, un deuxième… ou un troisième test !

 

Pour quels bénéfices ?

Alors que le design thinking est désormais répandu dans de nombreuses entreprises, on pourrait en conclure que la « pensée design » ne procure plus nécessairement un avantage compétitif discriminant.
Ce serait une erreur ! C’est en réalité dans la qualité d’exécution de la méthode que se trouve la clé de l’avantage compétitif qu’elle procure. Aussi et lorsqu’elle est correctement mise en oeuvre, la méthode design thinking permet bien souvent de :

Alors… qu’attendez-vous pour essayer ?

[/vc_column_text][vc_column_text]

[/vc_column_text][dt_quote font_size= »normal » background= »fancy »]Vanessa Banon est formatrice-consultante indépendante. Elle intervient sur des missions d’ingénierie pédagogique et/ou d’animation de formation dans des domaines variés : communication interpersonnelle, travail collaboratif, communication visuelle… Chez EFE, elle anime les formations « Tous Créatifs !« , « Découvrir des techniques de créativités » et « Design thinking »[/dt_quote][/vc_column][/vc_row]