Intrapreneuriat, ou comment réconcilier l’entreprise avec l’innovation

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

1. La Rédaction Analyses Experts – L’intrapreneuriat, c’est quoi ? Qui sont les intrapreneurs ?

Olivier LECLERC – En management, l’intrapreneuriat consiste à rassembler plusieurs individus au sein d’une nouvelle organisation intégrée ou non à l’entreprise ou à introduire et diffuser une dimension de gestion entrepreneuriale au sein d’une entreprise. L’intrapreneuriat est donc un moyen de reconnaître, de valoriser et de capitaliser sur la capacité d’initiative des salariés.

Quant aux intrapreneurs, ce sont des entrepreneurs qui évoluent à l’intérieur d’une organisation. En ce sens, ils sont de véritables agents de changements.

 

2. La Rédaction Analyses Experts – Développer un réseau d’intrapreneurs et une culture de l’intrapreneuriat : quels intérêts, quels bénéfices pour une entreprise ?

Olivier LECLERC – Il y a plusieurs bénéfices à développer un réseau d’intrapreneurs au sein d’une entreprise et principalement d’un grand groupe.

J’en citerai, principalement trois.

Le 1er : susciter de l’engagement auprès des salaries

Qu’ils aient une fibre business ou pas, nombre de salariés se reconnaissent dans ce modèle qui valorise l’innovation et un modèle managérial plus responsabilisant. La culture intrapreneuriale devient alors un levier d’engagement et de fierté d’appartenance à l’entreprise très fort. Or, le niveau d’engagement des salariés est véritable challenge pour les entreprises.

Sans compter, que l’intrapreneuriat est un moyen formidable pour détecter des talents hors des sentiers battus. Des potentiels émergent hors du « leadership pipeline » traditionnel.

Le 2ème : Capter une source d’innovation sous-exploitée 

Bien trop souvent, les grandes structures sous-exploitent les idées venant des salariés : améliorations de processus, identification d’économies, nouveautés produits, amélioration de services, etc. Les salariés sont les premiers à être au contact des clients, étant au cœur de la création de valeur, ils peuvent imaginer les solutions et les produits de demain… et créer de nouvelles opportunités business. Or, une entreprise à tendance à élaborer sa propre connaissance, sa propre vision globale du marché. Le risque est de lisser voire de brider sa capacité d’innovation. Décentrer le potentiel d’innovation auprès d’intrapreneurs permet de réduire plus facilement ce risque tout favorisant l’émergence de projets out-of-the-box.

Le 3ème : Décloisonner l’innovation, se réconcilier avec une innovation agile et frugale

Un réseau d’intrapreneurs permet de réinsuffler de d’agilité dans une grande structure en intégrant une dimension start-up à plusieurs niveaux :

  • En cassant les silos organisationnels. Chez Alcatel-Lucent, des personnes du marketing, de la finance et de la R&D ont pu travailler ensemble au sein d’équipes pluridisciplinaires pour faire aboutir un projet. Dans une organisation pyramidale classique, le risque que chaque service se renvoie la balle indéfiniment est tel qu’au final, rares sont les projets qui aboutissent. L’intrapreneuriat génère de l’enthousiasme au sein de l’entreprise. Les porteurs de projets en parlent avec une énergie rafraichissante et cela a une vertu virale auprès des autres services qui s’investissent plus facilement dans l’avancement du projet que si nous étions passés par les circuits d’innovation classiques.
  • En valorisant une innovation plus frugale. Avec un réseau d’intrapreneurs, diversifier le portefeuille de l’entreprise, tester de nouveaux marchés demandent peu d’efforts à l’entreprise car on capitalise sur l’énergie des salariés qui sont les vrais porteurs de ces projets. La culture intrapreneuriale oblige à repenser la valeur de l’argent dans une grande entreprise. On s’aperçoit rapidement que l’on n’a pas nécessairement besoin de plusieurs centaines de milliers d’euros pour lancer un nouveau projet. On développe une approche beaucoup plus « quick & dirty » plus en phase avec le réel et les exigences du marché.

Finalement, je dirais que l’intrapreneuriat permet de réconcilier l’entreprise avec l’innovation  et répond à des enjeux pressants pour l’entreprise : quête de sens, de reconnaissance des salariés, et la volonté grandissant d’évoluer vers un nouveau modèle de travail fondé sur le de DYOB (Design You Own Job) & et le CYOB (Choose Your Own Boss).

 

3. La Rédaction Analyses Experts – N’importe qui peut-il devenir intrapreneur au sein d’une organisation ou faut-il des compétences particulières ?

Olivier LECLERC – Globalement, oui. Devenir intrapreneur relève plus de la posture. Bien entendu, il faut que la culture d’entreprise la cultive, la tolère voire mieux la soutienne. La posture intrapreneuriale ne peut s’exprimer que si le collaborateur est mis au centre de processus d’innovation.

En termes de compétences nécessaires, il faut également des compétences relationnelles aiguës, avoir un certain goût pour le risque, une capacité intrinsèque à se motiver et savoir/être connecté avec l’extérieur. Par ailleurs, la dimension politique reste très importante. Il faut savoir naviguer et jouer avec son environnement.

L’intrapreneuriat est transgénérationnel, on retrouve des profils d’experts senior et d’autres beaucoup plus jeune.

 

4. La Rédaction Analyses Experts – Un intrapreneur, ça se manage comment ?

Olivier LECLERC – Ça ne se manage pas ! En tout cas, le système « command & control » ne fonctionne pas avec ces électrons libres. Il faut plutôt les canaliser en partageant leur vision, les accompagner et miser plutôt sur l’influence et le leadership.

Par ailleurs, insuffler et intégrer une culture intrapreneuriale au sein d’une structure fortement hiérarchisée implique que les dirigeants intègrent la dimension transformatrice de ce projet. Sans cette prise de conscience, la cohabitation des deux est malaisée car deux modèles s’affrontent, un fondé sur l’ordre et l’alignement et l’autre plutôt sur le chaos créateur. Pour accompagner efficacement les projets, aider à trouver des financements, capitaliser sur ces innovations, il faut que le positionnement des dirigeants soit clair et audible auprès de tous les salariés.

Enfin, nous avons remarqué qu’il était indispensable de pratiquer l’essaimage entrepreneurial. En effet, certains projets peuvent aboutir à une innovation produits ou service qui sortent du scope de l’entreprise et ne rentrent pas/plus dans sa stratégie. Dans l’ADN des grandes organisations classiques, la réponse spontanée à ce type de projets est de tuer l’initiative dans l’œuf. Une stratégie intrapreneuriale permet de soutenir ces projets hors scope et ainsi de trouver de créer opportunités business.

 

5. La Rédaction Analyses Experts – Citez une success story issue d’un projet intrapreneurial au sein de votre organisation ?

Olivier LECLERC – Plusieurs projets ont donné naissance à de nouvelles lignes produits chez Alcatel-Lucent.

Le plus iconique : un projet qui a permis de lancer des stations de base pour les télécoms mobiles autonomes en énergie grâce au solaire notamment au solaire. Cette innovation est sortie via le bootcamp et l’équipe porteuse du projet a rapidement pu élaborer un business plan et faire collaborer deux business units du Groupe ! Ce n’était pas à proprement parler, une innovation de rupture, mais au final, nous avons bénéficié d’une nouvelle ligne de produits qui a engendré près de 20 millions € dès les trois premières années avec une équipe initiale de seulement cinq personnes ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

[/vc_column_text][dt_quote type= »blockquote » font_size= »normal » background= »fancy » animation= »none »]OlivierLeclercHDOlivier LECLERC, est Directeur de l’Innovation & de l’Intrapreneuriat chez ALCATEL-LUCENT et a construit et animé un programme de bootcamps internes « Défi ENTREPRENDRE », une forme de mini-MBA dédié aux intrapreneurs d’ALCATEL-LUCENT en France. Cette initiative d’incubateur interne a permis d’accompagner le montage de projets innovants et de créer de nouvelles opportunités business.

 » Comment mettre en place un réseau d’intrapreneurs « , découvrez les retours d’expériences sur l’intrapreneuriat lors du prochain panorama des Innovations managériales[/dt_quote][/vc_column][/vc_row]